Le programme Prisme/Prisme programme

PRISME, un programme de recherche pluridisciplinaire

 

Positionnement du programme

Lancé en septembre 2015 pour une durée de trois ans par les Archives de la critique d’art, ce programme de recherche pluridisciplinaire envisage la critique d’art, au-delà du seul discours esthétique, comme un terrain dynamique des débats de la société qui lui est contemporaine.

Il repose sur l’analyse et sur le traitement documentaire (dépouillement, numérisation et référencement dans une base de données en ligne) des fonds d’archives de l’Association Internationale des critiques d’art (AICA) sur la période 1948-2003 et AICA France (1970-1980), ainsi que sur leurs croisements avec d’autres fonds d’archives (tels que J.J. Sweeney, P. Restany, M. Ragon, F. Popper, G. Gassiot- Talabot, F. Pluchart, D. Foresta), également conservés aux Archives de la critique d’art à Rennes.

Si la critique d’art a connu – et connaît encore aujourd’hui – des débats véhéments et des crises quant à son statut et à ses enjeux, ce programme cherche à participer activement à ces réflexions avec, à l’appui, les sources historiques précises. Volontairement décentré du seul regard d’historien de l’art, le programme vise à sortir l’histoire de la critique d’art contemporain de son enfermement disciplinaire et de sa marginalisation en tant qu’objet d’étude, afin de repenser la critique d’art dans sa relation au monde, dans ses apports aux débats de la société contemporaine.

Que ce soient des interrogations sur l’impact des sciences et des technologies modernes, d’événements politiques et sociaux contemporains ou encore de réflexions philosophiques et idéologiques concomitantes, ces aspects s’entrecroisent et traversent presque tous les fonds d’archives, conservés à Rennes. Ce « jeu social » fondé sur l’interaction, le désir de jouer un rôle de médiateur entre l’art et la société, se reflète à travers les nombreux documents (manuscrits, publications, enregistrements audiovisuels, photographies etc.) pour donner à voir la figure d’un critique qui excède de loin sa seule fonction de « plume », au profit de nouveaux rôles allant d’organisateur d’expositions, de conférencier et d’animateur de programmes télévisuels et radiophoniques à celui de conseiller institutionnel, voir ministériel, ou encore de citoyen engagé, exerçant son droit à la contestation (et dont les innombrables manifestes, pétitions et déclarations n’en sont que les premiers indices). Le recours aux médias de masse1 se systématise dans l’activité critique, tout comme les thématiques des interventions des critiques se diversifient. De manière significative, le deuxième Congrès de l’AICA en 1949 à Paris avait déjà été placé sous le grand titre des rapports entre « Art et Société », tout en amorçant le débat sur l’émancipation de la critique d’art en tant que champ professionnel2.

Les archives montrent en outre que cet élargissement du rayon d’action du critique – en tant que participant influent aux débats contemporains – se construit en étroite relation avec les évolutions concomitantes dans les domaines intellectuels avoisinants, tels que la littérature, la philosophie ou encore l’architecture et l’urbanisme. Et même là, où le critique ne semble fournir qu’un commentaire isolé sur une pratique artistique précise, il témoigne encore – et souvent malgré lui, car échappant à ses intentions – des enjeux sous-jacents liés au monde extérieur qui s’immiscent dans ses textes (par ex. à travers des néologismes ou une rhétorique connotée) ou dans les réactions de ses pairs.

 

Une cartographie de la critique d’art depuis 1945

Pour cette vaste enquête ont été retenues les thématiques des Congrès et Assemblées générales de l’AICA (par ex. « Art et télévision », « Art et ville », « Art et technologie », « Fonctions de l’art et mouvements sociaux », « Centre et périphérie ») ainsi que la chronologie du fonds depuis 1948 jusqu’en 2003 comme cadre principal du programme, centré sur la période de la Guerre froide jusqu’aux débuts de la mondialisation.

Révélant une véritable cartographie de la critique d’art de la seconde moitié du XXe siècle, l’analyse des activités de l’AICA permet d’examiner des questionnements transnationaux qui tiendront compte, dans le sens d’une lecture horizontale, de la circulation et des échanges d’idées dans des contextes géopolitiques mouvants. Pour n’en donner que quelques exemples, les Congrès et Assemblées eurent lieu en 1954 à Istanbul, en 1956 à Dubrovnik, en 1962 à Mexico, en 1966 à Prague et à Bratislava, en 1973 à Kinshasa et en 1974 à Dresde et à Berlin-Est. Les documents relatifs à ces voyages, séjours et débats permettent d’enrichir les remises en question récentes de l’écriture de l’Histoire depuis 1945, restée pendant trop longtemps linéaire et soumise à la dichotomie statique de la confrontation des pouvoirs.

Deux grandes lignes transversales serviront de premiers fils conducteurs :

  • 2016 – la critique entre sciences, technologies et médias
  • 2017 – la critique face aux enjeux politiques.

 

1   Notamment sujet des Assemblées générales de l’AICA en 1968 (« Art and Television ») et en 1972 (« Art Criticism and Relations with the Printed Press and Television »), ainsi que du XVe Congrès en 1982 à Antibes/Sophia Antipolis (« The Function of Art Criticism in the Age of the Audiovisual Media »).

2   Le titre exact du Congrès était le suivant : « Aesthetic Questions : Art and Society. Professional Questions: The Rights of the Critic ».

 


PRISME Research Programme: Contemporary Society (1948-2003) through the Prism of Art Criticism

This research programme is closely connected to the history of AICA and its international ramifications, because it focuses on the large amount (ca. 45 linear metres) of records from the inception of AICA in 1948 until 2003, which is currently the latest date for the receipt of material by the Archives of Art Criticism, in Rennes. It is based on the Archives’ large body of material relating to AICA’s history that is being progressively treated and made permanently available for on-line consultation there: Access to the documents.

The programme started out from a realisation that many people considered contemporary art criticism, as a form of critical discourse, to be limited to purely aesthetic issues, whereas in reality it suffered from the same forms of prejudice with which contemporary art itself was frequently regarded, as a rather hermetic and elitist practice.

That is why we would like to rethink art criticism and its historical basis in archival material, by going beyond art criticism’s primary definition, as an aesthetic discourse. By reviewing the archival material and the full range of topics and questions it raises, we aim to understand art criticism, rather, as an indicator – or even an incubator – of concomitant issues and debates within society.

By considering art criticism as en epistemological prism, the programme deliberately adopts a perspective that shifts art history and its methodologies off-centre. Therefore, the programme brings together national and international researchers, involved in the fields, not only of the history of contemporary art, but also of contemporary history, the philosophy of art, media studies and communications, the history of architecture, epistemology and sociology. Since the programme can guarantee access to the relevant documents, our aim is to reach scientific communities that are in some cases still unfamiliar with “art criticism”, as an object of research. For our part, we hope to gain a deeper insight into art criticism and its impact, as a platform for related socio-political, cultural and scientific issues.

 

A Cartography of Art Criticism since 1945

Due to the nature of the numerous archival records, the Programme focuses on the period of the Cold War and early globalisation, by taking as its scope the topics of the AICA Congresses and General Assemblies (e.g. Art and Television, Art and the City, Art and Technology, Functions of Art and Social Movements, Centre and Periphery) and the chronology and geography of records, from 1948 until 2003. An analysis of this primary source material reveals an impressive cartography of art criticism since 1945.

AICA held some of its early Annual Congresses as far apart as in Istanbul (1954), Dubrovnik (1956), Mexico City (1962), Tel Aviv (1963), Prague and Bratislava (1966), Kinshasa (1973), and Dresden and East Berlin (1974). The documents about these trips, visits and conferences confirm the need for us to re-think the narratives of history and the history of art, in order to get beyond the doxa of a world split into two homogeneous, watertight blocs, up until 1989. The new perspectives gained in recent years by transnational approaches and global studies draw attention to the existence of parallel and concomitant developments in AICA’s evolution – in other words, the types of ‘multiple histories’ that have already been written about in other areas of study.

The programme’s main objective is to constitute a Transversal History of Contemporary Art Criticism and its relation to the socio-political, cultural and scientific issues and challenges of its time. Thus, as one of the elements of this programme, we would like to stimulate research into the history of various national AICA sections that were not necessarily in a favourable position during the Cold War and the post-colonial period. The archival evidence for AICA’s activities in different countries provides a vital aid to understanding the national and international dynamics of art criticism, and to relativizing the impact of a pro-Western bias.

Two main transversal questions underpin and guide the initial Programme studies for 2016 and 2017:

  • Criticism at the intersection between science, technology and media (2016)
  • Politics, as a site for critical debate (2017)